Image aléatoire Image aléatoire

Les antennes

Publié le : -Janvier 2004 par Thomas Gassilloud
Admin wi-fi

Ses derniers articles publiés :
  • 11 avril, CR SENSIBILISATION SPÉCIALE ASSOS DU 11 AVRIL
  • 7 avril, MSN MESSENGER 7 FR DISPONIBLE ! News de Pc Inpact
    Lien direct ICI

  • 21 mars, COVOITURAGE À POMEYS Suite aux différentes discussions j’ai adapté un script pour gèrer au mieux le covoiturage.

    Voir tous les articles de cet auteur

    Les antennes L’antenne intégrée à l’AP ou à la carte WiFi peut être remplacée par un antenne externe plus puissante reliée par un câble d’antenne, la plupart du temps avec un parafoudre pour protéger l’appareil.

    Le choix d’une antenne est important et doit être déterminé par le rôle qu’elle devra assurer, c’est à dire les interactions souhaitées avec les autres éléments WiFi distants. En fonction des caractéristiques du terrain et des zones à couvrir, il pourra par exemple être décidé de réaliser des liaisons point à point via deux antennes directionnelles ou utiliser un élément omnidirectionnel en cas de clients plus dispersés et rapprochés.

    Il y a 3 grandes familles d’antennes :

    Les omnidirectionnelles Ce type d’antenne rayonne dans toute les directions à la fois. Ce sont les modèles les plus chers car les plus complexes à réaliser. On doit les employer lorsque les stations peuvent être n’importe où par rapport à l’AP. En revanche, la distance maximale depuis l’AP reste limité en comparaison des autres antennes

    Les directionnelles Ces antennes ont un fort gain, c’est-à-dire qu’elles peuvent capter un signal à plus grande distance qu’une antenne omnidirectionnelle, mais dans une zone très restreinte. En général, plus le gain est fort, plus la zone couverte est rétrécie mais on peut capter le même signal depuis un point encore plus éloigné.

    type parabolique type yagi

    Typiquement, les antennes directionnelles sont employées pour créer des liaisons point à point, où seulement deux appareils Wi-Fi sont associés l’un à l’autre. Ce type de lien est nécessaire pour parcourir de longues distances (environ >500 m). Pour évaluer les performances d’une antenne, on se base sur des abaques qui indique le gain en fonction de la direction.

    Voici un exemple d’abaque (plans horizontal et vertical) :

    Le terme dBi correspond au gain nécessaire à appliquer à l’antenne pour retrouver les caractéristiques d’une antenne isotrope parfaite - et théorique !- d’où l’appellation de gain isotrope équivalent.

    Les patchs ou antennes sectorielles Il s’agit d’un compromis entre les deux types précédents. On les emploiera lorsque la zone à couvrir est relativement confinée (on peut la voir entièrement sans tourner la tête ou les yeux) mais elle peut être plus éloignée que pour une antenne omnidirectionnelle. L’angle d’ouverture est généralement de 60, 90 ou 120 °.


  • Cliquer ici pour poster un nouveau commentaire
    le 11 juillet 2004 : > Les antennes
    SVP comment faire quand on ne supporte pas les antennes wifi ? (électrosensiblité) electrosensibles-victimes.be
    Répondre a ce message
    Poster un nouveau commentaire
    [Projet wi-fi]- [Admin.]- [Plan du site]

    Powered by :
                       
    Libre de droits - webmaster : Gassilloud